Frapper aux portes, l'histoire d'Agnes

Karoliina Gröhn

Tout le monde apprécie Agnes. Elle est pétillante et pleine de joie, et sa traduction – eh bien tout roule. C’est clair qu’elle est très douée, qu’elle s’y connaît en traduction et qu’elle résiste super bien au stress. Mais c’est tout ?

Il y a seize ans, une ado assistait au Throne Room et elle se sentait perdue, elle avait le cœur un peu lourd. Contrairement à ses amis, elle pensait qu’elle n’avait aucun don particulier ou qu’elle n’avait reçu aucun appel  particulier. Elle se demandait pourquoi elle était là, quels étaient ses talents…

Cette ado, c’était Agnes. Et ce qui s’est passé le lendemain a eu un impact sur sa vie.

« J’étais assise là au Throne Room et je me souviens que Chris, qui traduisait à l’époque, est monté sur scène et s’est mis à traduire. Dès qu’il a commencé, quelque chose en moi me disait « Wouah, c’est vraiment ce que je veux faire ! Et c’est à cet instant que tout le processus de traduction m’a fascinée,  de voir comment un deux personnes passent un même message dans deux langues différentes. »

Agnes aimait écouter (et regarder !) la traduction sur scène et elle a eu le déclic au fond de son cœur. « A ce moment est né le rêve de devenir traductrice. »

Après avoir terminé le lycée, Agnes a fait une école biblique en Angleterre où elle a améliorer son anglais et où elle a rencontré Dieu d’une tout autre manière.

« Quand j’étais en Angleterre, j’ai réalisé que Dieu est un père aimant qui m’aime, peu importe ce que je fais ou ce que je ne fais pas. Il est fier de moi et n’est pas déçu de moi. » Agnes nous explique aussi qu’à cette période, l’anglais est devenu sa « langue de cœur ». « Je lis encore la Bible en anglais et je prie souvent en anglais. »

Quelques années plus tard, après la fac – elle est pharmacienne- elle s’est installée à Munich. Elle a appris que l’église ou elle avait commencé à aller avait un ministère de traduction. « J’ai demandé au responsable si je pouvais traduire. C’était en simultané de l’anglais vers l’allemand, et donc j’ai essayé. Je me suis vite rendue compte que c’était assez facile pour moi et que Dieu m’avait donné ce don de la traduction. Pour moi c’est que du plaisir. »

Agnes a commencé à traduire régulièrement et plus tard, elle est devenue la responsable de ce ministère.

C’est le 14ème TeenStreet  d’Agnes. Elle est venue trois fois en tant qu’ado puis a servi dans « presque toutes les équipes ».

« TeenStreet était un temps si particulier pour moi que je suis revenue chaque année pour permettre à d’autres ados de vivre la même chose que moi. Mais d’une certaine manière, je n’arrivais pas à trouver ma place. Jamais je n’aurais imaginé devenir un jour la traductrice allemande. Avec du recul, je vois comment Dieu m’a préparée en me laissant me familiariser avec tellement de domaines de TeenStreet. »

Alors qu’elle gagnait de l’expérience en traduction simultanée et consécutive, elle s’est dit pourquoi ne pas traduire à TeenStreet.

« Je ne savais pas si je devais attendre que Dieu ouvre les portes ou si je devais y aller et dire que j’aimerais vraiment faire ça. Au final, c’était un mélange des deux. »

Depuis trois ans, Agnes traduit sur scène dans le Main Hall.

Voilà l’histoire de cette merveilleuse traductrice. Mais ce n’est pas tout. Il n’y a pas que ses capacités en traduction.

« J’aime vraiment vivre et ressentir Dieu tous les jours. Et c’est mon souhait pour les ados : qu’ils réalisent que Dieu est avec eux où qu’ils aillent. Je souhaite qu’ils soient équipés à TeenStreet et qu’ils apprennent comment vivre leur foi et qu’ils confient leur vie à Dieu. 

Si quelqu’un a le même rêve que moi et souhaite traduire, il peut me voir. Je veux t’encourager à te donner les moyens pour atteindre tes objectifs, à demander à Dieu quel est le prochain pas à faire. Si c’est la traduction, viens me voir. On peut discuter avec grand plaisir. »

Qu’est-ce qu’Agnes dirait à cette ado assise dans le Throne Room, et s’inquiétant du futur, après avoir traduit pendant des années et avoir expérimenté ce que c’est d’utiliser les dons que Dieu a donnés ?

« Il y a un verset en Esaïe 43 :1 qui dit « Ne crains rien, car je te rachète. Je t’appelle par mon nom : tu es à moi ! » Je me dirais : « Peu importe ce que tu fais, l’important c’est ton identité d’enfant de Dieu. » Le principal sur Terre c’est d’avoir une relation avec Dieu, de vivre dans Son amour et de le partager aux autres. »