"Si nous sommes encore là aujourd’hui, c’est grâce aux fonds collectés à TeenStreet"

Peu avant TeenStreet 2017, nous avons demandé aux ados européens de collecter des fonds pour le Projet de Formation Professionnelle d’OM au Kosovo.

Chose incroyable, c’est l’année où ils ont battu le record et collecté plus de 86,000 euros ! Nous avons décidé de prendre des nouvelles du projet et voir comment la générosité des ados ont fait la différence.

Le Projet de Formation Professionnelle est destiné à des jeunes entre 12 et 17 ans qui ont besoin d’aide pour trouver un emploi. Les étudiants sont aidés de manière pratique, et beaucoup d’entre eux rencontrent des chrétiens pour la première fois.

« Si nous sommes encore là aujourd’hui, c’est uniquement grâce aux fonds collectés à TeenStreet » raconte David*, un membre du personnel du centre. « Grâce à ces fonds, nous avons plus que doublé la taille de l’école – nous avons aussi un nouveau bâtiment. Autrefois nous n’avions qu’une seule salle de classe, maintenant nous pouvons organiser 3 cours en même temps. »

Les écoles locales recommandent des étudiants, afin que le centre soutienne ceux qui sont dans le plus grand besoin. Beaucoup de ces jeunes ont souffert de violence domestique, ou viennent parfois de familles où personne n’a d’emploi, et il est donc particulièrement important pour eux de trouver un travail.

Le projet a pour objectif de doter les étudiants de compétences utiles, à travers un des quatre choix de formation : couture, électricité, soudure ou coiffure.

« Le centre a grandi très rapidement, c’est pourquoi nous aimerions ajouter des offres de formation » nous dit David.

Il y a déjà entre 80 et 90 jeunes inscrits – pas seulement aux formations professionnelles, mais aussi aux soutiens de maths et de lecture/écriture. Les membres de l’équipe prennent également le temps de visiter les familles de chaque élève trois fois dans l’année, et leur donnent l’opportunité de créer des liens.

« Nous sommes les bienvenus chez eux, et c’est une occasion de discuter, d’apprendre à connaître la famille entière » partage David. « Les parents veulent vraiment que l’on forme leurs enfants, et ils veulent nous faire bon accueil. »

Une partie du programme de formation inclut des discussions de groupe, où un petit nombre d’étudiants se réunit avec un croyant local pour discuter de certains sujets sensibles, comme l’éthique du travail ou la violence domestique. Au bout du compte, quelle que soit l’aptitude au travail de ces étudiants, l’équipe sait que Jésus est Celui qui fera une différence dans leur vie.

« Une phrase que l’on entend souvent par ici c’est « le Kosovo est sans espoir » dit Davis. « Nous voulons œuvrer pour donner de l’espoir à une génération. »

*Les noms ont été changés

Cet article a d’abord été publié par OM Royaume-Uni.